Colloque « Culture de table : échanges entre l’Italie et la France », les 13-14 septembre, et exposition « Festins de la Renaissance. Cuisine & art de vivre à la Renaissance », jusqu’au 21 octobre 2012, au Château Royal de Blois (Loir-et-Cher)

Un sujet d’actualité, décidément!

Programme du colloque

En savoir plus

Exposition « Magnificenze a tavola » (Tivoli, Italie)

« Magnificenze a Tavola » est une exposition consacrée à l’art du banquet de la Renaissance à la Villa d’Este (Tivoli) du 15 Juin au 4 Novembre 2012.

« L’exposition vise à découvrir comment à l’époque de la Renaissance l’art du festin italien a atteint son apogée, assumant sa suprématie sur la scène européenne. Le banquet est devenu un véritable rite à l’intérieur duquel intervenaient diverses « performances » de table ainsi que d’autres symboles qui représentaient la propre grandeur du noble ou du religieux. Le but principal du banquet de la Renaissance était d’impressionner les invités, en les faisant participer à un événement dans lequel l’aspect gastronomique était seulement un élément qui intervenait avec l’art, la musique, le théâtre. Leonardo da Vinci, le Titien, Giulio Romano, Benvenuto Cellini, et d’autres grands artistes contribuaient à ce spectacle. Ils ont conçu de beaux ustensiles de table, ont installé de remarquables mise en place du couvert avec le choix d’une céramique et d’une poterie créées par les plus grands artistes de l’époque. »

Pour en savoir davantage :

http://www.beniculturali.it/mibac/export/MiBAC/sito-MiBAC/Contenuti/MibacUnif/Eventi/visualizza_asset.html_607309671.html

 

Exposition « Cochons de Romains », au musée gallo-romain d’Aoste (38)

Le musée gallo-romain de la petite commune d’Aoste (Isère), plus connue pour son Jambon, propose, jusqu’au 30 novembre 2012, une exposition temporaire sur le cochon dans la société romaine. « Cochons de Romains » évoque, grâce à neuf posters et trois vitrines, le rapport qu’ont entretenu les Romains avec l’animal : sa domestication d’abord, son élevage et l’utilisation de sa chair, fraîche ou fumée, pour l’alimentation, ensuite, et sa place dans les rites italiques, enfin. Cette petite exposition, qui rappellera efficacement au grand public ce que les textes, l’iconographie et les vestiges archéologiques enseignent sur le sujet, offre aussi à voir, en fin de parcours, une expérimentation filmée, réalisée dans le but de connaître certains gestes de boucher. Elle s’accompagne également d’un numéro spécial d’Archéo-Théma (hors-série n°3, juin 2011), dans lequel les amateurs éclairés pourront approfondir la question de l’exploitation du cochon grâce à la participation de quelques spécialistes.