Le programme POMEDOR : Populations, poteries et alimentation en Méditerranée orientale médiévale – Yona Waksman

Une présentation de Yona Waksman, membre de l’UMR 5138 Archéométrie et Archéologie, MSH MOM Lyon

Ecouter l’enregistrement audio

image_ANR_POMEDOR_1
Les poêles produites à Beyrouth ont été largement diffusées en Méditerranée orientale à l’époque des Croisades (© S.Y. Waksman)

Résumé

Les pratiques alimentaires constituent un domaine de recherches en pleine expansion, au sein duquel la Méditerranée orientale médiévale demeure encore pratiquement inexplorée. Il s’agit pourtant d’une région et d’une époque à fort potentiel, encore renforcé par les récentes avancées des études archéologiques et archéométriques. Le projet POMEDOR se propose d’explorer et de développer ce nouveau champ de recherches en utilisant une approche pluridisciplinaire alliant histoire, archéologie et archéométrie.

Le programme s’intéresse à l’évolution des pratiques alimentaires dans des contextes correspondant à l’arrivée de nouvelles populations de culture différente (conquêtes arabes et seldjoukides, croisades). En Méditerranée orientale médiévale cohabite une mosaïque de communautés (arabo-musulmane, byzantine, latine, turque…), étudiées par les historiens sous différents aspects incluant conflits et échanges commerciaux, mais bien moins du point de vue des contacts et échanges culturels. L’alimentation nous semble une façon particulièrement prometteuse d’éclairer ces aspects, non seulement en tant que marqueur social et culturel, mais aussi comme possible point de rencontre.

Parallèlement, le rôle de la céramique dans l’étude des pratiques alimentaires est de plus en plus reconnu. Nous étudions l’évolution de l’approvisionnement en denrées alimentaires, de leur modes de préparation et de consommation, en nous appuyant sur des données historiques, et sur des études archéologiques et archéométriques de différentes catégories de céramiques, depuis les containers pour le transport des denrées jusqu’au service de table en passant par les récipients de préparation et de cuisson des aliments. A partir d’études de cas à Chypre, sur la côte levantine, en Grèce et en Turquie, des approches diachroniques et synchroniques tenteront de corréler des données de différente nature. Nous replacerons dans  leur contexte les évolutions du répertoire typologique, des denrées alimentaires telles qu’elles sont perçues par des analyses de résidus organiques, les adaptations des productions céramiques à de nouvelles fonctions ou de nouvelles modes approchées par des analyses de matériaux.

Les synthèses pourront également s’appuyer sur les données disponibles résultant d’études archéobotaniques, archéozoologiques, bioarchéologiques … grâce à la constitution du réseau POMEDOR. Ce dernier regroupe chercheurs expérimentés et étudiants, contribuant par ces différentes approches disciplinaires à la compréhension des pratiques alimentaires en Méditerranée orientale médiévale.

image_ANR_POMEDOR_2
A la période beylik, les ateliers d’Ephèse fabriquent de nouveaux types de céramiques, dont certains correspondent à des traditions techniques distinctes de celles des productions byzantines antérieures (© S.Y. Waksman)

Des initiatives tournées vers le grand public prendront deux formes: d’une part un « événement culinaire » proposé par un « chef » et inspiré par les thématiques du programme; d’autre part la préparation d’une exposition à la « Cité de la céramique » de Sèvres. Cette dernière mettra en scène la rencontre des cultures arabe, byzantine, européenne et turque à l’époque médiévale à l’aide d’objets archéologiques relatifs à l’alimentation. Elle proposera une réflexion sur la rencontre autour de l’alimentation de différentes communautés et cultures dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui.

 

Bibliographie indicative

Gabrieli R.S., 2007, A Region apart: Coarse Ware of Medieval and Ottoman Cyprus, in Çanak, Late Antique and Medieval Pottery and Tiles in Mediterranean Archaeological Contexts (BYZAS 7), Istanbul, pp. 399-410.

Pecci A., Degl’Innocenti E., Giorgi G., Cantini F., 2012, Are glazed ceramics really waterproof? Chemical analysis of the organic residues trapped in some post-medieval glazed slip painted wares found in Florence, Atti del IX Congresso Internazionale sulla Ceramica Medievale nel Mediterraneo, Florence, pp. 332-334.

Stern E.J., 2012, ‘Akko, the excavations of 1991-1998. III: The Crusader Period Pottery (IAA Reports 51/1 et 51/2), Jerusalem.

Trepanier N., 2008, Food as a window into daily life in fourteenth century Central Anatolia, PhD. thesis, Harvard University.

Vroom J., 2009, Medieval ceramics and the archaeology of consumption in Eastern Anatolia, in Vorderstrasse T., Roodenberg J. (eds.), Archaeology of the Countryside in Medieval Anatolia (PIHANS CXIII), Leiden, pp. 235-258.

S.Y. Waksman, Medieval ceramics from the Türbe excavations in Ephesos / Ayasuluk: an archaeometric viewpoint, à paraître dans Ladstätter S. (ed.), Türbe in the Artemision (Sonderschriften des Österreichischen Archäologischen Instituts, Vienne).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *