« Ceramics, Cuisine and Culture: The Archaeology and Science of Kitchen Pottery in the Ancient Mediterranean World », colloque international British Museum, Londres, 16-17 décembre 2010

par Sabine Fourrier – HiSoMA, UMR 5189, MOM Lyon.

Ce colloque, organisé par deux membres du British Museum, l’une archéologue (A. Villing), l’autre archéomètre (M. Spataro), portait exclusivement sur la céramique culinaire, et privilégiait les approches intégrées, dans un vaste espace géographique (le monde méditerranéen antique) et chronologique (pour l’essentiel l’Antiquité). Il a réuni 27 communications et 26 posters.

Il a été d’abord l’occasion de constater que beaucoup de programmes en cours s’intéressent aux céramiques culinaires et aux pratiques alimentaires :

–          à l’Université de Leicester (qui co-organisait le colloque), un programme, financé par le Leverhulme Trust, porte sur les artisanats, les emprunts techniques et les contacts (http://www.tracingnetworks.ac.uk). Parmi plusieurs artisanats (tissage, monnayage, art figuratif), la céramique culinaire est envisagée (« Plain Cooking Ceramics, networks of technological transfer and social change from the Late Bronze Age to the Iron Age in the Greek world », I. Whitbread, S. Strack).

–          à l’Université de Barcelone, un programme de « laboratoire virtuel » pour l’étude de la céramique culinaire de l’Antiquité tardive est en cours d’élaboration (http://www.lrcw.net, M.A. Cau, J.M. Macias, P. Berni). Il s’agit d’une partie d’un programme autrement ambitieux qui vise à créer une encyclopédie en ligne de la céramique méditerranéenne antique.

À l’image des deux organisatrices, le colloque privilégiait le dialogue entre archéologues et archéomètres. Outre les approches archéologiques « classiques » (typologie, description technique et morphologique, dénombrements), plusieurs interventions ont donc traité de l’analyse des pâtes, des résidus, des traces d’usage, de la reconstitution du comportement thermique des pâtes (par modélisation informatique). Plusieurs communications ont, en outre, exposé des tentatives d’archéologie expérimentale (reconstitution de vases et expérimentations de cuisine, en général décevantes et immangeables), des études de parallèles ethnographiques (enquêtes en cours à Majorque) et des études de textes. Les analyses de restes fauniques et botaniques n’ont été que marginalement représentées, dans des études de cas précis (Toscane romaine, G. Schörner).

Parmi le foisonnement d’approches et de perspectives soulevées, plusieurs thèmes récurrents paraissent particulièrement intéressants.

Les limites de la documentation et des possibilités de son exploitation

–          Le programme faisait la part belle aux analyses scientifiques, mais beaucoup de communications ont insisté sur leurs limites : l’analyse des résidus ne permet d’identifier pratiquement que les contenus d’origine animale, ce qui donne une information biaisée (Stacey).

–          Les vestiges osseux ne représentent qu’une part réduite de la consommation de viande (quid de la graisse ou des saucisses, par exemple ?).

–          Les modes de préparation dans des vases n’épuisent pas l’ensemble des façons de cuisiner et il y a nombre de pratiques qui ne laissent pas de traces visibles dans la documentation archéologique.

–          Les textes ou les images n’évoquent que des repas exceptionnels (sacrifices, banquets d’élites, recettes de haute cuisine) ou des traitements médicaux et ils ne reflètent donc pas la consommation quotidienne.

–          Même la documentation ethnographique ne peut pas être utilisée telle quelle pour l’interprétation archéologique : l’enquête en cours à Majorque montre que les potiers créent un discours sur leur métier, que, sur bien des points, ils mentent (Day).

Qu’est-ce qu’une céramique culinaire ?

–          Plusieurs études de cas ont montré que céramiques « culinaires » et céramiques « utilitaires » étaient fabriquées dans la même pâte (Whitbread) : quelle est donc la frontière entre les deux catégories, sur quels critères les distinguer ? Existe-t-il une production spécialisée ? Si oui, dans quel cadre (familial, local, régional, transrégional) ? Une céramique à feu est-elle exclusivement culinaire (usages possibles dans des ateliers artisanaux) ?

–          Plusieurs interventions ont traité de céramiques qui n’étaient pas des céramiques à feu : vases de stockage (dolia, mortaria). Certes, ces céramiques ont un rapport avec la cuisine, mais peut-on parler de kitchen pottery ? Les critères morphologiques, techniques et la terminologie étaient souvent fluctuants d’un intervenant à l’autre.

–          Une même difficulté est surgie de l’étude des textes : il est souvent difficile de faire coïncider terme antique et forme archéologique (Donnelly, Wilkins) : l’identification des noms des vases et de leur usage repose le plus souvent sur un raisonnement circulaire (puisque le vase a telle forme, il sert à tel usage, il porte donc tel nom puisque c’est ce nom qui apparaît dans les textes pour ce mode de cuisson…).

Qu’est-ce qu’une bonne céramique culinaire et l’idée a-t-elle même un sens ?

–          Quelle propriété principale est attendue d’une « bonne » céramique culinaire : la résistance aux écarts de température, la conductivité de la chaleur, etc ?

–          La question a été posée à propos des importations de céramiques culinaires : pourquoi a-t-on besoin d’importer des vases de cuisine ? Pourquoi les cooking-pots d’Egine inondent-ils tout le marché grec à l’époque classique (Gauss et al., Rotroff) ?

–          Le critère de qualité technique n’est pas le seul et il ne permet pas de rendre compte de tous les changements : ainsi, l’introduction de phyllite dans la pâte des céramiques culinaires d’Akrotiri n’apporte aucun bénéfice technique, mais elle correspond à une technique crétoise qui est sans doute importée à Théra, avec l’usage du tour et la forme de la marmite tripode (Müller et al.). Le poids culturel du transfert technique a, en l’occurrence, plus d’importance que les réelles qualités thermiques de la pâte utilisée.

L’importance des contextes

–          Toutes les communications ont insisté sur l’importance de l’étude en contexte des céramiques culinaires et notamment de leurs évolutions, morphologiques et techniques.

–          L’accent a été mis sur la variété des causes et, partant, des interprétations susceptibles de rendre compte des évolutions morphologiques et/ou techniques du répertoire : demandes de la clientèle et évolution de la société (exemple ethnographique de Majorque : Day) ; migration (Fantalkin); acculturation (Quercia).

–          Certaines céramiques sont polyvalentes : ainsi des céramiques « culinaires » ont été découvertes à Zygouries en place dans un atelier de fabrication de parfums (Lis).

–          Il est difficile, en l’absence de textes, d’envisager l’étude de la céramique culinaire sous l’angle des « gender studies » : les anachronismes ou a priori sont nombreux, comme le montre a contrario l’existence de céramiques culinaires dans les équipements funéraires de guerriers (Chypre).

 

(Programme affiché sur le site du programme Leverhulme Trust’s Tracing Networks Project de l’University of Leicester http://www.tracingnetworks.ac.uk/kitchen_pottery et adresse kitchenpottery@googlemail.com)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.