« On Cooking Pots, Drinking Cups, Loom Weights and Ethnicity in Bronze Age Cyprus and Neighbouring Regions », colloque archéologique international Nicosie, 6-7 novembre 2010

par Sabine Fourrier – HiSoMA, UMR 5189, MOM Lyon.

Le colloque a rassemblé, sur deux journées, des archéologues de Grèce, de Chypre et du Levant autour du thème de l’identification de migrations à partir du témoignage de la civilisation matérielle. Après deux communications portant sur des périodes plus anciennes et qui avaient vocation de support méthodologique (Webb-Frankel, Kouka), toutes les interventions ont porté sur le Bronze Récent et sur les supposés marqueurs matériels de l’installation des « Peuples de la Mer » en Méditerranée orientale. Les pratiques alimentaires (pour l’essentiel les récipients de cuisine, les foyers, mais aussi la consommation de porc ou le type des vases à boire) sont le principal marqueur invoqué, avec également les poids de métier à tisser.

Malgré de notables divergences d’interprétation, les approches étaient les mêmes : il s’agissait de faire l’inventaire des changements matériels dans l’espace géographique considéré. Les interventions ont donc porté sur une catégorie de matériel : « Handmade Burnished Ware » (Karageorghis, Pilides) ; céramiques culinaires (à Chypre : Jung ; au Levant Nord : Badre, Vansteenhuyse ; au Levant Sud : Master, Ben-Shlomo) ; vases à boire (à Chypre, Mountjoy) ; pesons textiles (Rahmstorf ; au Levant Nord : Cecchini ; au Levant Sud : Stager) ; ou sur l’ensemble des témoignages matériels « nouveaux » dans une zone géographique donnée (en Crète : Kanta-Kontopodi ; au Levant Nord : Janeway, du Piêd, Charaf ; au Levant Sud : Lehmann). Deux communications, ancrées sur l’archéologie du Levant Sud, se voulaient plus théoriques et justifiaient l’utilisation des témoignages de la civilisation matérielle comme marqueurs ethniques (Bunimovitz, Yasur-Landau). Il s’agissait donc avant tout de typologie : les restes de faune n’étaient évoqués qu’en complément éventuel (problème de la consommation de porc) et les analyses archéométriques sont restées marginales (Boileau-Pilides sur le « Handmade Burnished Ware »).

Sans se prononcer sur la validité de l’approche « ethnique » de la civilisation matérielle, on remarquera que beaucoup de participants ont fait preuve d’un étonnant positivisme que ne justifie pas entièrement le changement, indéniable, du répertoire. Certains points évoqués peuvent toutefois intéresser le thème de recherche sur les pratiques alimentaires, au-delà du contexte historique précis traité et de l’intention démonstrative, et somme toute polémique, qui animait le colloque.

Problèmes d’identification

–         Qu’est-ce qu’est une céramique culinaire ? À quels critères doit-elle répondre ? Comment l’identifier ? Dans la plupart des cas, les marqueurs privilégiés sont a minima : pâte grossière et traces de feu. Mais le débat, né au cours des discussions, a mis en évidence l’existence de cuissons qui ne laissent pas de trace.

–         Les problèmes de catégorisation et de terminologie ont également été soulevés, notamment à propos du « Handmade Burnished Ware », autrefois « Barbarian Ware » (on remarquera l’évolution d’une appellation « ethnique » à une dénomination descriptive) : catégorie homogène ou fourre-tout englobant diverses réalités ?

Espaces de cuisine

–         Existence de foyers construits/mobiles et conséquences sur la forme des récipients et les modes de cuisson.

–         Problème de l’interprétation des foyers (notamment des tannurs) : plusieurs intervenants ont préféré y voir des structures faites pour cuire du pain ou des galettes, en s’appuyant notamment sur des parallèles ethnographiques. Certaines communications ont également insisté sur la possible polyvalence, ou l’évolution, dans l’usage des foyers (Badre).

Rapports entre la morphologie des vases et la cuisine consommée

–         Le fond plat et l’ouverture étroite des cooking-pots égéens supposent une exposition indirecte au feu et une cuisson lente. Au contraire, le fond arrondi et l’ouverture large des vases à feu de type levantin impliquent un placement dans le foyer et une cuisson rapide.

–         Plusieurs intervenants ont mis en évidence l’existence de formes hybrides, dans la forme (fond arrondi et ouverture étroite) et dans la technique (partie supérieure du vase tournée, partie inférieure modelée).

–         Enfin, certaines communications ont insisté sur la nécessité de nuancer les constats : des dénombrements précis permettent de mettre en évidence des situations contrastées, et des changements qui ne suivent pas partout le même rythme.

(Programme affiché sur le site de l’Université de Chypre http://www.ucy.ac.cy/goto/archreun/en-US/InternationalArchSymposium.aspx)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.